Archive for juin, 2012

Le CESE préconise la mise en place d’un atlas cartographique de la coopération régionale pour le développement de l’outre mer, à quand celui de la Réunion ?

Posted by / juin 27, 2012 / Categories: Cartographie / 0 Comments
atlas cooperation3

En mai 2012, La délégation à l’Outre-Mer du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a publié un rapport intitulé « Pour un renforcement de la coopération régionale des Outre-Mer ».

Parmi les nombreuses recommandations faites pour désenclaver les états insulaires d’outre-mer, le CESE évoque « la nécessité de mieux coordonner l’action des différents acteurs de la coopération intervenant dans la zone géographique des territoires ultramarins ».

Cette nécessité est mue par le constat de la multiciplité des acteurs en matière de coopération régionale. Parmi ces derniers, on peut citer les représentants des différents ministères français, les ambassades, les délégations des collectivités, les missions économiques, les centres de recherche, etc.

Le CESE précise que « cette abondance d’intervenants peut amoindrir l’efficacité des actions de coopération régionale, car elle peut être source d’actions redondantes ou contradictoires.  Il est donc primordial de renforcer la coordination en matière de coopération régionale. »

Nous ne pouvons que corroborer ce constat en ce qui concerne le bassin sud-ouest de l’océan Indien. En effet, entouré d’états ACP en plein développement, l’écosystème réunionnais de la coopération régionale se retrouve complexifié par l’abondance et la diversité des projets financés par des bailleurs internationaux. Parmi ces derniers, nous pouvons relever les interventions des émanations de l’ONU, fortement représentées à Madagascar (UNESCO, PNUD, ONUDI, etc.) et les projets de coopération pilotés, entre autres, par la Commission Océan Indien (COI). Dédiés au développement des pays ACP, ces projets sont financés par l’Europe à travers le Fonds européen de développement (FED) mais aussi par le Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA), la Banque Mondiale, l’Agence Française de Développement (AFD) ou encore la Banque Africaine de Développement (BAD), etc. A noter que l’intégration de l’île de la Réunion dans les projets de coopération régionale est délicate sur le plan administratif du fait de son niveau de développement la rendant non éligible aux financements des pays ACP. Ce détail non négligeable démultiplie les actions parallèles nécessitant la mise en place de projets Réunion avec financement propre (essentiellement européens) en vis-à-vis des projets océan Indien pour une participation réciproque et intégrée au développement régional.

Exemple d’une macro-cartographie des acteurs de l’agriculture dans l’océan indien qui ne constitue qu’~5% de l’ensemble des acteurs du secteur…

 

ex agro

 

C’est en grande partie pour ces raisons que nos équipes ont ardemment travaillé à la création d’un dispositif dédié à la lisibilité du « qui fait quoi »  sur un secteur d’activité et dans une zone géographique donnée, à commencer par le territoire réunionnais élargi à l’océan Indien. Cet outil Web, que nous avons appelé eKoal-IT (outil « IT » au service de la visibilité de tous), a déjà été déployé dans ce but sur les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’agroécologie dans l’océan Indien (eKoal-IT Agro OI). Il recense au delà des projets, les acteurs de ces secteurs qu’ils soient personnes morales (associations, institutions, entreprises, etc.), personnes physiques ou outils de financements.

 

ex agro 2

 

L’initiative portée par nos équipes rejoint ainsi les recommandations du CESE, à savoir, « la création sur Internet, d’un atlas de la coopération pour chacun des pays et territoire appartenant à la zone de coopération régionale des territoires ultramarins. Cet atlas aurait pour objectif  a minima de répertorier les projets de coopération menés par l’UE, les collectivités territoriales, l’AFD, etc. la constitution d’un atlas cartographique des actions de coopération ».

Cette recommandation se justifie comme tel :

« L’ensemble des actions de coopération régionale menées à un moment donné n’est pas nécessairement répertorié et connu de tous les acteurs de la zone. C’est préjudiciable en termes d’efficacité, car cette ignorance empêche par exemple de possibles et fructueuses collaborations ou des échanges de bonnes pratiques. Il est donc impossible actuellement de faire le bilan complet et l’évaluation des actions de coopérations dans un cadre régional. Or cette cartographie est indispensable pour mieux se repérer dans la multiplicité des actions mises en œuvre. Il s’agit in fine de savoir qui fait quoi et comment dans chaque pays ou état voisin d’un territoire ultramarin ainsi que la somme totale des financements mobilisés. Cette connaissance des actions engagées permettrait ensuite de mieux les prioriser, harmoniser et coordonner afin d’en améliorer l’efficacité à coût constant et de capitaliser sur les expériences. »

A ce titre, depuis 2009, la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) met à disposition un l’atlas français de la coopération décentralisée. Celui-ci recense sur internet, de manière cartographique, toutes les actions internationales menées par les collectivités territoriales françaises dans le cadre de la coopération décentralisée. Près de 12 000 projets de coopération décentralisée menés par plus de 4 700 collectivités territoriales françaises avec 9 800 collectivités de 138 pays y sont répertoriés à ce jour.

A la Réunion, l’atlas recense déjà :

  • 9 collectivités territoriales françaises engagées à l’international
  • 34 collectivités locales partenaires
  • 13 pays
  • 73 projets de coopération décentralisée
  • 3 projets dans le cadre d’autres actions extérieures

 

atlas cooperation

 

A quand un l’atlas de la coopération régionale océan Indien élargi et complet ? Il va sans dire que notre équipe serait ravie de relever le défi de cette action d’intérêt général à partir de la base de données conséquente déjà mise en place par la CNCD. Nous n’avons pas à rougir de l’interactivité offerte par notre outil « eKoal-IT » qui peut s’interconnecter avec celui du CNCD tout en s’adaptant aux spécificités locales. Le développement endogène aurait toute sa place au service du développement de notre territoire.

 

Pour en savoir plus :  

Création d’un réseau de correspondants océan Indien pour renforcer le réseau eKoal-IT Agro OI et diffuser l’agroécologie

Posted by / juin 15, 2012 / Categories: Réseau / Tags: / 0 Comments

reseau agroecologie

 

Du 23 au 25 mai 2012, la Commission de l’Océan Indien (COI) a organisé un atelier de formation des correspondants en communication identifiés par les projets de coopération IRACC (Initiative Régionale Pour l’Agroécologie et le Changement Climatique) et ePRPV (Biodiversité & agriculture durable) pour promouvoir l’agro-écologie dans les îles de l’océan Indien.

L’Agroécologie est une approche de développement durable qui inclue toutes les pratiques permettant d’améliorer la fertilité des sols tout en diminuant l’usage des produits chimiques (produits de traitement et engrais), en réduisant l’émission des gaz à effets de serre, en augmentant la séquestration de carbone et en favorisant l’utilisation de produits naturels.

 

La COI oeuvre pour le développement de l’Agroécologie face au changement climatique, à travers le projet IRACC (http://www.facebook.com/groups/iracc.coi/), dont L’objectif général est de soutenir l’adaptation des systèmes de production des petits agriculteurs aux changements climatiques dans les îles de l’Océan Indien, pour améliorer leurs revenus et leurs conditions de vie. Ce projet est soutenu par le projet ePRPV piloté par le CIRAD à la Réunion,
Pour diffuser les bonnes pratiques, sensibiliser les politiques et les agricultuleurs des Comores (Grande île, Mohéli et Anjouan), La Réunion, Madagascar, Maurice (et Rodrigues), Seychelles, et Zanzibar, un réseau de correspondant « communication » à a été créé. Les membres de ce réseau ont en charge la promotion de l’agroécologie à travers des évènements, mais aussi grâce à deux outils Web permettant de renforcer la coopération régionale :
  • Le portail d’informations dédié à l’agriculture durable  : agriculture-biodiversite-oi.org
  • La plate-forme de mise en réseau des acteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’agroécologie dans l’océan Indien eKoal-IT Agro OI : agro-oi.ekoal.org

 

Ainsi, 12 personnes issues des ministères de l’Agriculture et d’organes paraétatiques des îles de la COI ont suivi, à la fin mai 2012, une formation dédiée à l’utilisation des deux outils.
La plate-forme eKoal-IT Agro OI y a reçu un accueil très positif notamment sur son interactivité et sa facilité d’utilisation. Les Seychelles et Zanzibar étant représentées, la fonction anglaise des interfaces de consultation et d’administration des données a manqué. L’eKoal Team a souhaité faire preuve de réactivité en mettant en ligne la semaine suivante les versions anglaises d’eKoal-IT. Des volontaires du progrès viendront très prochainement en appui aux correspondants locaux afin de les soutenir tant sur les aspects techniques que sur la publication de contenus dans chaque pays !
Liens utiles :